Présentation

 

 

Equipe IVS

 

La recherche développée au sein de l’équipe 5 du JPARC vise à définir le rôle des mucines membranaires (MUC1, MUC4) dans la cancérogenèse épithéliale et à élucider les mécanismes moléculaires associés à la résistance et à la dormance tumorale.

1- Rôle des mucines MUC1 et MUC4 dans les carcinogenèses (progression et processus métastatique) pancréatique, oesophagienne, colique et rénale. Etudes in vitro (modèles cellulaires), in vivo (modèles animaux) et ex vivo (tissus patients).

2- Etude des complexes MUC4-ErbB2 et MUC1-EGF-R. Relation structure-fonction. Découverte de nouveaux candidats-médicaments. Identification des mécanismes de trafic intracellulaire (adressage cellulaire). Rôle des galectines dans la translocation nucléaire de MUC1 et MUC4. Rôle de la queue cytoplasmique de MUC1 dans le noyau, gènes cibles ?

3- Régulation épigénétique (méthylation de l’ADN, méthylation/acétylation des histones, miARN) des gènes de mucines 11p15 et des gènes MUC1 et MUC4 dans les cancers épithéliaux (sphères respiratoire et gastro-intestinale). Application au diagnostic/pronostic de tumeurs épithéliales.

4- Compréhension des mécanismes de résistance aux chimiothérapies et d’échappement aux drogues (dormance tumorale). Cellules souches cancéreuses. Rôle des modifications épigénétiques (modèle de l’axe crypto-villositaire intestinal).

5- Recherche transversale/translationnelle avec l’hôpital : les mucines comme facteur diagnostique/pronostique dans l’identification et la classification des tumeurs, et prédictifs pour l’orientation thérapeutique et la prise en charge des patients.